Rétrospective

Dessin catalyseur, dessin cataclysmique: le brio graphique de Kara Walker

Mercredi, 8 septembre 2021 à 18h30

Dessin catalyseur, dessin cataclysmique: le brio graphique de Kara Walker

Conférence par Vanina Géré

Vanina Géré, ancienne élève de l’ENS-Lyon, Global Visiting Scholar à New York University (NYU) et agrégée d’anglais, est docteure en histoire de l’art et études américaines, diplômée de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (2012). Sa thèse de doctorat portait sur l’œuvre de la plasticienne américaine Kara Walker (Prix de la Chancellerie des Universités de Paris 2013). Elle est l’auteure de Les mauvais sentiments – L’art de Kara Walker, paru aux Presses du réel en 2019. Spécialiste d’art contemporain américain et de littérature anglophone, V. Géré enseigne à la Villa Arson et exerce une pratique de critique d’art, de traduction d’écrits sur l’art, et d’écriture poétique. »

“First of all, I draw like a madwoman.” (Kara Walker en conversation avec Alexander Alberro, 1996.)

Le dessin est le tenant majeur de l’œuvre de Kara Walker, irriguant l’ensemble de ses gestes artistiques, depuis ses installations de silhouettes jusqu’à ses ensembles dessinés monumentaux, voire son travail récent de sculpture publique (Kara Walker : Fons Americanus à la Tate Modern, 2019). Si l’avalanche d’interviews, essais et articles portant sur le travail de l’artiste plasticienne dès les premières années de sa reconnaissance sur la scène artistique états-unienne ont toujours pris en compte la part du dessin dans l’œuvre, force est de reconnaître que ce médium n’a pas focalisé l’attention critique des exégètes de Walker: le dessin dans son œuvre, pourtant très largement exposé, a peu été étudié comme pratique en tant que telle, comme si le fait que les installations de papiers découpé de Walker soient avant tout du dessin avait été occulté. Et les dessins, (au sens conventionnel du terme), de Walker ont bien été analysés, mais surtout en tant qu’images, ou bien dans le cadre d’ouvrages généraux sur le dessin contemporain. Grâce à l’exposition du Kunstmuseum Basel, le dessin de Walker prend toute sa place dans une œuvre monument qui n’a pourtant pas encore trente ans. Cette communication propose de situer le dessin de Walker dans l’horizon du dessin contemporain : comment considérer le brio graphique de Kara Walker au-delà de la notion de style ? Comment le dessin opère-t-il de façon autonome, et/ou en relation aux autres médias que l’artiste explore? Au travers d’une étude attentive aux évolutions formelles de l’œuvre de Walker, via un regard approfondi sur une sélection de dessins de Walker depuis ses débuts au Drawing Center en 1994 en lien avec d’autres pratiques contemporaines du dessin, nous comprendrons comment les dessins de Walker et le dessin chez Walker, nourris d’une masse étourdissante de styles de l’histoire de l’art et de la culture visuelle occidentales, qu’ils transcendent par leur singulière étrangeté, constitue une matrice débordant sur les autres médiums, révélant les métamorphoses formelles constantes de l’œuvre de Walker.

En association avec le Kunstmuseum Basel

Illustration : A Shocking Declaration of Independence, 2018, Aus der Serie: The Gross Clinician Presents: Pater Gravidam, Kunstmusem Basel, Kupferstichkabinett, © Kara Walker

Lieu de la manifestation

Kunstmuseum Basel
St. Alban-Graben 16, Bâle, Suisse

Chargement de la carte…