Rétrospective

Aimé Césaire, volcan, arbre et laminaire, par Daniel Maximin

Mercredi, 3 décembre 2008 à 18h30

Forum de la FNAC, Steinenvorstadt 5, Bâle.

Hommage au grand poète et homme politique martiniquais, mort en avril dernier à la veille de son 95ème anniversaire. Avec le sénégalais Léopold Sédar Senghor, rencontré à Paris lors de leurs études au Lycée Louis-le-Grand et avec qui il fonda le journal L’Etudiant noir, il forgea le concept de « négritude » qui définira sa pensée et son action tant littéraire que politique pour lutter contre l’aliénation culturelle découlant du système colonial français. Art et engagement étaient pour lui inséparables, l’éventail de ses œuvres allant du Cahier d’un retour au pays natal (1939) préfacé par André Breton et des armes miraculeuses (1946), à ses fameux Discours sur le colonialisme (1950) et Lettre à Maurice Thorez (1956), sans oublier le théâtre, l’Histoire et les essais. Député (de 1945 à 1993) et maire de Fort-de-France (jusqu’en 2001), il est aussi à l’origine du prestigieux Festival de Fort-de-France.

Poète et romancier d’origine Guadeloupéenne et ami de longue date d’Aimé Césaire, maître de cérémonie de l’hommage qui lui fut rendu lors de ses obsèques nationales le 20 avril dernier à Fort-de-France, Daniel Maximin fut directeur littéraire aux éditions Présence Africaine et directeur régional des affaires culturelles de Guadeloupe. Il fut chargé en 1997 de la mission interministérielle pour la célébration du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage et est actuellement en poste au Ministère de la Culture. D’abord connu pour sa trilogie romanesque, L’Isolé soleil(1981), Soufrières (1987) et L’Ile et une nuit (2002), il a aussi publié un recueil de poèmes : L’Invention des désirades (2000), un récit, Tu, c’est l’enfance (2004), 2004 et Les Fruits du cyclone : une géopoétique de la Caraïbe (2006)

Avec la FNAC Basel et le soutien de l’Ambassade de France en Suisse. En association avec l’Alliance Française de Zurich où Daniel Maximin donnera une confrence la veille.

Entrée libre.