Rétrospective

Claude Lévi-Strauss, aventurier et moraliste, par Denis Bertholet

Mercredi, 29 avril 2009 à 19h00

Aula des musées, Augustinergasse 2, Bâle.
En association avec le Museum der Kulturen. Entrée libre.

Que reste-t-il aujourd’hui de l’oeuvre et du travail du célèbre anthropologue, qui vient de fêter ses cent ans au cours d’une journée entière d’hommages organisée par le musée du Quai Branly ? Une manière d’explorer le savoir champ après champ, d’y découper des chemins, d’avancer sans cesse, sans revenir sur ses pas, en quête d’une meilleure compréhension du monde où nous vivons. Loin de tout esprit de système, loin des discours convenus, Lévi-Strauss a réussi une traversée du siècle exemplaire.

« Je hais les voyages et les explorateurs » lançait-il en 1955 dans Tristes Tropiques, le livre à la croisée des genres de l’autobiographie de l’ethnologie et de la philosophie qui l’a fait découvrir du grand public, et fut salué par tous ses contemporains pour son audace et son originalité. Claude Lévi-Strauss a pourtant débuté son parcours d’ethnologue sur le terrain en 1935 au Brésil auprès des indiens Bororo et Nambikwara. Il s’exile durant la guerre à New-York où, au contact du linguiste Roman Jakobson, il découvre l’analyse structurale qui va devenir la base de son travail dès Les Structures élémentaires de la parenté (1949), et qu’il étendra quelques années plus tard à d’autres domaines de recherche, comme les mythes (Mythologiques, 1964-1971). Le structuralisme, souvent cité mais pas toujours compris, deviendra la coqueluche du monde intellectuel de l’après-guerre, et Lévi-Strauss, vedette malgré lui, se verra même lancer « Levi-Strauss, the pants or the books ? » (Lévi-Strauss, les jeans ou les livres) par un maître d’hôtel américain à qui il venait de donner son nom pour réserver une table…
Professeur au Collège de France jusqu’en 1982, fondateur du Laboratoire d’anthropologie sociale et de la revue L’Homme, il est aujourd’hui membre de l’Académie française et sa pensée et son œuvre font toujours figure de référence.

Denis Bertholet, qui dirige actuellement la collection Illico aux éditions Infolio, a consacré à Claude Lévi-Strauss une biographie très remarquée, parue chez Plon en 2003, et rééditée l’an dernier chez Odile Jacob. Il est également l’auteur d’un Sartre, l’écrivain malgré lui (Infolio, Gollion 2005) et d’un Paul Valéry, 1871-1945 (Plon, Paris, 1995).